Catégories
Inédit SonTexte AnimalChauve-sourisEnfanceJeunessePeurSouvenir

Les chauve-souris et moi

ANGELI May

Je me souviens ,c’était l’été  au lendemain de la guerre. Pour la deuxième fois nous étions ,

mon frère ,ma soeur et moi séparés de maman et pour la première fois nous étions en colonie de

vacances.  Nous étions hébergés dans une  belle et grande bâtisse débarrassée de son mobilier.

Seuls demeuraient les hauts placards muraux dans les dortoirs.

Celui des filles donnait sur le parc. Le soir, alors que les fenêtres étaient grandes ouvertes on

entendait le crissement des cigales et l’odeur entêtante des magniolias montaient jusqu’à nous.

A l’heure du coucher après les rires et les bavardages ,le calme revenu nous guettions inquiètes et

impatientes l’arrivée imminente de Bobard.

Il venait du dortoir des garçons au fond du couloir. Il s’asseyait au pied d’un lit ou peut être sur une

chaise et nous racontait des histoires de fantômes qui sortaient des fameux placards. C’était terrible .

                        On en redemandait .

Après les frayeurs de la guerre ,celles-ci nous ravissaient.

Il ne repartait  pas sans nous mettre en garde .

– Méfiez vous les filles , couvrez vous ,c’est l’heure des chauves souris si elles s’agrippent à vos

cheveux on ne peut plus les faire lâcher prise.

Et puis la monitrice venait fermer les persiennes ,éteindre les lumières.

– Bonne nuit ,faites de beaux rêves.

Je me souviens, c’était l’été, nous avions grandi et nous étions en vacances dans un hameau 

au pieds d’un glacier avec notre mère. Nous descendions dans la vallée, »en ville « faire les

commissions deux fois par semaine. C’était une expédition et en chemin nous nous arrêtions près

d’une chapelle abandonnée. La porte branlante était entrouverte et nous nous glissions à l’intérieur

pour regarder les chauves souris agglutinées ,en paquet ,serrées les unes contres les autres .

Elles étaient enveloppées dans leurs ailes griffues et dérangées dans leur sommeil, elles gigotaient la

tête en bas

Pris de panique à l’idée qu’elles nous tombent sur la notre ,nous prenions la fuite en nous bousculant

dégoûtés et criant une fois passée la porte grinçante.

Et puis c’est l ’été. Sur la terrasse  de la maison au bord de la mer . Les hirondelles au crépuscule

font une dernière virée  et rejoignent leur dortoir dans le patio cédant la place aux Chauves souris .

Dans le silence, sous le ciel étoilée avant que les lampadaires ne s’allument, elles chassent . Vol vif et

saccadé. On entend  le chuintement de leurs ailes . 

Je  tente de les  suivre des yeux. Vous vous rendez compte, elles peuvent manger jusqu’à six cent

moustique par nuit. Et moi je vais pouvoir dormir Tranquille.

May Angeli 7 Avril 2020

Biographie

May Angeli est à la fois illustratrice et auteurice. Elle pratique aussi la gravure sur bois. Cette artiste dont le travail est destiné au jeune public est lauréate du Grand Prix de l’illustration (Musée de l’illustration jeunesse de Moulins) pour Des oiseaux (éd. Thierry Magnier). Ses albums prônant tolérance et ouverture paraissent aux Editions des Éléphants, mises en avant par Colères du Présent cette année.